Boutures

Multiplication

bouture

Le bouturage permet de faire raciner un rameau, en le préservant de la déshydratation le temps que la rhizogenèse soit suffisante pour assurer la viabilité du nouveau plant obtenu.

Ce moyen garanti que les caractères génétiques de la bouture seront identiques à ceux du pied-mère. Il faut un bouturer un sujet sain car les carences et les maladies seront également transmises à la bouture. Certaines espèces sont difficiles à bouturer et il faudra alors préférer la greffe ou la marcotte pour la multiplier.

Il est possible de bouturer toutes l’année mais les meilleures périodes sont dépendantes de l’espèce et le type de bouture sera différent. Généralement, on bouture les feuillus à la fin du printemps ou de l’été pendant la période végétative et les conifères à la fin de l’automne, quand ils ont fait un maximum de réserves nutritives. On distingue les boutures en fonction de l’aoûtement du rameau:

  • La bouture herbacée est possible tout au long de la pousse de la végétation, en dehors des fortes chaleurs, sur des rameaux qui ne sont pas encore lignifiés;
  • La bouture sur bois tendre concerne les pousses de l’année encore vertes, juste avant qu’elles s’aoûtent. Les rameaux doivent se casser facilement en les pliant avec les doigts et les feuilles les plus anciennes doivent être mâtures, tandis que les feuilles jeunes sont encore petites. Ces boutures racinent généralement rapidement;
  • La bouture semi-ligneuse est possible durant l’été sur une pousse de l’année dont la base est aoûtée et dont la pointe est encore herbacée;
  • La bouture ligneuse est possible à l’automne sur les rameaux entièrement lignifiés;
  • La bouture sur bois sec est une bouture ligneuse faite durant l’hiver.

-En pratique-

Il faut choisir une pousse de l’année, qui s’enracinera plus facilement qu’un rameau plus ancien.

boutures talon crossette

  1. Tailler proprement le rameau choisit en biseau avec une lame désinfectée. Tailler juste sous un œil à moins de laisser un talon ou une crossette à la bouture;
  2. Couper l’extrémité du rameau pour supprimer le bourgeon terminal, dont le développement prendrait l’ascendant sur la production de racines, en prenant garde de conserver 3 à 5 yeux sur la bouture (environ 10 à 15cm);
  3. Enlever les feuilles sur la bouture à l’exception des 2 dernières pour limiter la transpiration;
  4. Enduire la partie coupée de la bouture d’hormones de bouturage sans dépasser la dose conseillée;
  5. Repiquer la bouture au deux-tiers dans un mélange de sable/perlite/vermiculite et de tourbe. Certaines espèces se bouturent bien dans de l’eau, sans que la bouture ne touche le fond du contenant, et en changeant l’eau régulièrement.
  6. Arroser abondamment le substrat à l’eau de saule.

Il faut ensuite placer la bouture dans un endroit lumineux (pas de soleil direct), à une température idéalement située entre 17°C et 22°C, en maintenant une hygrométrie supérieure à 80%. Selon les espèces, des petites racines blanches vont apparaître en quelques jours ou en quelques semaines. Quand la bouture commence à faire des pousses on pourra progressivement réduire l’hygrométrie ambiante. Il sera possible de fertiliser avec un engrais faiblement dosé seulement quand la bouture aura bien raciné.

Après une année de culture, les boutures peuvent être transplantées dans des pots plus grands ou en pleine terre (les plants grossiront plus vite en pleine terre). Les boutures de conifères faites à l’automne doivent passer l’hiver en châssis froid (comme une bouture à l’étouffée).

-Bouture à l’étouffée-

Pour les plantes qui racinent difficilement, on peut réaliser des boutures à l’étouffée:

Elle se fait comme une bouture normale, à n’importe quelle période de l’année mais avec de meilleurs résultats à l’automne. Il faut ensuite placer la bouture sous cloche hermétique, dans une grosse bouteille plastique ou dans un sac plastique transparent sans que les feuilles le touchent, afin de conserver une hygrométrie proche de 100 %. Il est nécessaire d’aérer tous les deux à cinq jours pour éviter les problèmes de pourrissement. Quand la bouture commence à faire des pousses il faudra aérer de plus en plus fréquemment jusqu’à ce qu’il ne soit plus nécessaire de maintenir une forte hygrométrie.

bouture à l'étouffée


-Bouture de racine-

Moins connue que les autres méthodes de bouturage, la bouture de racines permet aussi de d’obtenir de nouveaux plants identiques au pied-mère.

Les arbustes et arbrisseaux produisant des rejets sont particulièrement bien adaptés à ce mode de bouturage, tout comme les plantes à racines charnues.

Le bouturage de racine se pratique généralement à l’automne à la fin de l’hiver lorsque les plantes sont en période de repos. Le bouturage en extérieur doit se faire hors période de gel.

  1. Sélectionner une grosse racine d’un diamètre d’environ 5mm en préservant les radicelles;
  2. Couper la racine en tronçons de 3 à 6cm en laissant un biseau du coté le plus éloigné du tronc;
  3. Repiquer les boutures à la verticale, en mettant le coté le plus proche du collet en haut et le biseau en bas, dans un mélange de sable/perlite/vermiculite et de tourbe;
  4. Arroser le substrat.

Cette technique de multiplication ne demande presque aucun soin: il suffit de vaporiser de temps à autre le substrat pour lui conserver une humidité raisonnable et entreposer les boutures dans un endroit abrité et hors-gel.

Aux printemps suivant, des tiges devraient commencer à poindre.

bouture-racine

-Sy.Lo.-

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *