Catégories de végétaux

premier achat, taxonomie

Toutes les plantes ne sont pas des bonsaïs et beaucoup d’entre elles ne pourront jamais l’être. Pourtant si on s’en tient au sens strict et littéral du mot « bonsaï » (“Bon” est une coupe plate et “Sai” une plante cultivée qui est plantée), n’importe quel type de plante mise dans un pot pourrait être un bonsaï.

Mais la réalité est toute autre et la discipline du bonsaï est une branche de l’arboriculture hors-sol dont le but final est esthétique. Il faut donc nécessairement que la plante cultivée soit une plante ligneuse, c’est à dire un arbre/un arbuste/un arbrisseau, et que certaines techniques de mise en forme soient utilisées. Beaucoup de revendeurs abusent du mot bonsaï pour son coté exotique et vendre à prix d’or des plantes qui sont en fait de simples plants de pépinière qui n’ont reçu aucun soin et qui sont mis dans un pot à bonsaï de piètre qualité…

On va retenir les quatre catégories suivantes, proposées par arTree Bonsaï, pour savoir à quelle type de végétal nous avons à faire:

classification bonsai


-LE PLANT-

C’est une très jeune plante, qui vient de se développer dans l’année. Un semis, une bouture, une graine qui à germée spontanément… A ce stade ce n’est rien de plus qu’un très jeune plant. La tige est encore verte (sauf pour certaines boutures qui rentrent dans cette catégorie aussi), on ne peut pas parler de branches ou de ramification et ça pourrait être une plante ligneuse ou une plante herbacée, la différence n’est pas encore tranchée.

A cette étape il faudra cultiver le plant pour le faire grossir, raciner, ramifier, devenir mature etc… tout un programme sur plusieurs années avant de parler de mise en forme de la partie aérienne!


-LA PLANTE-

C’est un végétal de quelques années un peu plus développé. Il s’agit typiquement du plant pépinière que beaucoup appellent pré-bonsaï mais il n’en est pas encore à ce stade. La différence entre une plante ligneuse ou herbacée peut déjà se faire à ce stade, ce qui facilite le choix de l’espèce, mais leurs dimensions sont encore proches à ce stade. Ce sont des végétaux bruts qui n’ont jamais été travaillés sinon par des tailles de la partie aérienne pour limiter leur développement ou orienter la pousse en tige verticale le plus souvent…

A ce stade il faudra nécessairement rempoter la plante et travailler les système racinaire en priorité. Une première sélections de branches peut -être faite pour aérer le houppier ou donner une autre direction à la silhouette. Les maîtres mots ici sont culture, culture et culture! Des tailles trop fréquentes, un choix de contenant trop petit et la plante va végéter sans grossir vraiment ni exprimer son potentiel de croissance et de développement. C’est un piège dans lequel tombe beaucoup d’amateurs que de traiter ces plantes comme des pré-bonsaï et de se trouver face à une évolution très lente…

En revanche ce sont de très bons candidats pour former des bonsaïs à son envie quand on maîtrise la culture et les techniques de formation. Ils permettent également de tester et de voir les réactions d’une espèce suite à l’application de certaines techniques…


-LE PRÉBONSAÏ-

Ces arbres ont déjà été préparés pour la discipline du bonsaï et leur système racinaire est travaillé de façon adéquate. Une ou plusieurs lignes de tronc sont envisageables et une première ébauche de la silhouette se dégage. Il peut y avoir eu des sélections de branches, un premier travail de compactage des rameaux, etc… On trouve des pré-bonsaïs à plusieurs stades de culture et ce sont les meilleurs candidats pour débuter car ils sont généralement déjà bien proportionnés et la vie de l’arbre dans un pot est déjà assurée.

Culture et mise en forme sont à faire de concert, ce sont des arbres qui donnent beaucoup de satisfaction car ils ont rapidement un visuel acceptable pour les passionnés.


-LE BONSAÏ-

L’étape finale après des années de cultures, d’entretien, de choix, etc… L’arbre est formé, mature et il demande plus d’entretien que de travail de mise en forme. La structure est définie, les branches bien placées, la ramification présente, le pot est « définitif », il n’y a plus qu’a profiter un maximum et d’en faire profiter les yeux de tous en exposant l’arbre…

-Sy.Lo.-

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *