Greffe de racines

Entretien, greffe

La greffe de racines permet essentiellement de renforcer un arbre au système racinaire blessé ou un prélèvement qui a du mal à repartir. Elle est aussi pratiquée à des fins esthétiques pour améliorer le collet d’un arbre ou combler un vide.

Il faut pratiquer comme pour une greffe par approche ou à la limite par insertion, en utilisant soit les propres racines de l’arbres (avec un diamètre d’environ 4mm minimum) ou un jeune plant de la même espèce, que l’on greffe au niveau du collet. lire la suite

Autogreffe

Esthétique, greffe

-Greffe de branches-

Il arrive parfois que l’arbre ne bourgeonne pas à l’endroit précis où l’on souhaite l’apparition d’une branche. Il est alors possible de greffer directement une branche à cet endroit. Les méthodes utilisées dans ce cas sont la greffe par approche ou par insertion, avec une particularité importante par rapport aux greffes de multiplication: il est préférable de faire une autogreffe, ainsi on s’assure d’obtenir des feuilles identiques au reste de la ramure. lire la suite

Greffes

greffe, Multiplication

greffe

La greffe se résume à joindre à un arbre vigoureux (appelé porte-greffe), un greffon (appelé scion) issu d’un autre plant. Il s’agit de techniques assez complexe, plutôt réservées aux professionnels, qui permettent de multiplier des cultivars, des plantes aux racines fragiles ou difficiles à bouturer.

Cette pratique est très courante en sylviculture fruitière, bien qu’un arbre sur porte-greffe ait une espérance de vie plus réduite qu’un de ses congénères vivant sur ses propres racines. Elle est par contre peu pratiquée en culture d’ornement car la greffe reste visible: le porte-greffe et le greffon n’ont pas la même vitesse de croissance, ni la même écorce. Dans la discipline du bonsaï, la greffe aura plutôt un but esthétique avec l’ajout de bourgeons/branches/racines plutôt que la multiplication des arbres, et c’est pourquoi il est quand même intéressant de connaître les différentes techniques pratiquées. lire la suite

Greffe par insertion

greffe

greffe-par-insertion

Cette technique consiste à greffer un arbre par perçage et se pratique préférablement au début du printemps. Le porte-greffe doit être en végétation, alors que le greffon sera encore dormant (placer le porte-greffe en serre à la fin de l’hiver et garder le greffon en ambiance froide). Cette greffe a l’avantage de garder le greffon alimenté par ses racines le temps de la soudure. lire la suite

Greffe par approche

greffe

greffe par approche

La greffe par approche est une greffe qui se réalise pendant la période de végétation, généralement au printemps. Elle est utilisée pour les espèces réfractaires aux autres méthodes de greffage, dites inter-génériques .

La particularité de cette greffe est que la variété à multiplier conserve ses racines durant la soudure de la greffe, restant ainsi alimentée en sève autant que nécessaire.
Le porte-greffe et/ou le plant à greffer est généralement en pot, vu qu’il faudra rapprocher les deux pour les mettre en contact et réaliser le greffage.

Le principe est simple, il faut mettre à nu des zones de dimensions identiques sur les deux végétaux, et les mettre en contact. On réalise les plaies sur du bois assez jeune et souple.
Une fois les deux zones mises en contact, ligaturer les deux arbres ensembles au point de greffe. La soudure est généralement rapide, et se fait en quelques semaines.
Il faut ensuite sevrer la greffe, c’est à dire détacher le rameau de la variété greffée de son pied-mère, et sabrer la partie supérieure du porte-greffe de façon à n’avoir plus que le porte-greffe et le rameau greffé libéré du pied-mère. lire la suite