Structure

phytobiologie

Un arbre est composé de racines, d’un collet, d’un tronc et d’un houppier.

structure_arbre

Un arbre croît en hauteur et en largeur au fil des saisons: la pousse apicale à lieu surtout au printemps et en été, alors que l’épaississement se fait plutôt en automne.

-Le tronc-

tronc-éclaté

Les différentes couches du tronc, de l’extérieur vers l’intérieur, sont:

  • L’écorce: Elle est composée du phloème (tissu interne vivant conduisant la sève élaborée) et du rhytidome (tissu externe mort composé de liège). C’est un revêtement qui protège l’arbre contre les dangers de son environnement (bactéries, champignons, insectes, etc) et du climat.
  • Le liber: Aussi appelé phloème secondaire; il est à la jonction entre la partie la plus interne de l’écorce et la partie la plus externe du cambium, par lequel il est produit. C’est un tissu fibreux dans lequel circule la sève élaborée (dite descendante) depuis le feuillage pour alimenter le cambium.
  • Le cambium: C’est une fine couche essentielle qui engendre la lignification et la fabrication de liège grâce à la sève élaborée. Le cambium croît de façon concentrique et entraîne l’épaississement de l’arbre. C’est cette partie qui est importante de mettre en contact lors des greffes.
  • L’aubier : Aussi appelé xylème; c’est une zone de bois tendre et fibreux, généralement de couleur claire, par laquelle circule la sève brute, depuis les racines vers le feuillage.
  • Le duramen: Aussi appelé bois parfait; c’est un bois inerte, dense et imputrescible composé uniquement de cellules mortes et où la sève ne circule pas.
  • La moelle: C’est un tissu spongieux présent au centre des tiges et dont la une forme diffère selon l’espèce. Souvent remplacé par de l’aubier au cours de la croissance, elle n’évolue plus quand les pousses commence à se lignifier. La moelle est toujours présente dans les racines.

Les branches ont la même structure que le tronc.

-Les racines-

 

Coupe racine

Les racines ont plusieurs fonctions:

  1. Absorber l’eau et les nutriments du sol;
  2. Transporter la sève brute vers le haut de l’arbre;
  3. Accumuler des réserves sous forme de glucides/lipides/protéines;
  4. Ancrer l’arbre dans le sol.

Il est important de savoir que les racines ont besoin d’air et que le sol doit être aéré pour qu’elles ne dépérissent pas.

La majorité des arbres a une racine pivot qui est la première à se former lors de la germination de la graine et qui représente un important lieu de stockage de nutriments pour certaines espèces. Elle ne sera jamais remplacée en cas de coupe.
A l’extrémité, les plus fines racines sont les radicelles. Elles sont coiffées de poils absorbants qui assurent l’absorption de l’eau et des éléments nutritifs nécessaire à la vie de la plante. Ces éléments vont former la sève brute et alimenter l’arbre par le xylème. La sève brute va alimenter les racines depuis le feuillage en circulant dans le phloème. La moelle sert de zone de stockage pour les glucides et les protéines présent dans la sève élaborée.
La croissance racinaire est plus ou moins continue; les racines secondaires étant formées depuis le péricycle .

Un système racinaire peut être:

  • Pivotant: formé autour d’une racine principale qui s’enfonce profondément dans le sol (surtout présent chez les dicotylédones);
  • Fasciculé: formé de nombreuses racines adventives d’égale importance (surtout présent chez les monocotylédones);
  • Traçant: formé essentiellement de racines latérales se développant horizontalement à une faible profondeur.

-Les feuilles-

structure-une-feuille

Les feuilles sont formées d’un pétiole, de nervures et d’un limbe,.
Dans leur épaisseur, elles sont formées par:

coupe feuille

  • la cuticule: couche enrobée de cutine qui limite la transpiration;
  • l’épiderme supérieur: couche protectrice plus ou moins épaisse ;
  • le mésophylle palissadique: lieu de la photosynthèse;
  • le mésophylle lacuneux: couche qui contient l’eau et les gaz échangés avec l’air;
  • l’épiderme inférieur : couche contenant les stomates;
  • les stomates : zone d’échange gazeux entre l’air et la plante;
  • les nervures : réseaux conducteur de sève.

Selon l’espèce les feuilles sont:

  • persistantes: les feuilles sont conservées sur l’arbre plusieurs années;
  • semi-persistantes: la majorité des feuilles sont conservées mais certaines sont remplacées pendant la saison végétative;
  • caduques: les feuilles de la plante ne durent que quelques mois puis tombent ou reste jusqu’à la prochaine feuillaison (on parle alors de marcescence).

Selon les espèces, les feuilles sont de formes différentes  (feuilles, aiguilles ou écailles) et sont positionnées différemment sur la tige ou les rameaux.

Feuillage-phyllotaxie

feuilles

-Les stomates-

stomate

Les stomates se trouvent principalement sur la face inférieure des feuilles. Ils sont constituées de deux cellules de garde qui délimitent l’ostiole. L’ostiole est un orifice qui permet les échanges gazeux entre la plante et l’air ambiant et régule la pression osmotique:
En cas de forte pression osmotique dans les feuilles, plusieurs éléments (K+, H2O, CI) rentrent dans les cellules de garde qui vont gonfler (cellules turgescentes) et l’ostiole sera ouvert. Les échanges gazeux peuvent se faire normalement et les feuilles vont transpirer.
En cas de faible pression osmotique, les cellules de gardes sont vides (cellules flasques) et l’ostiole est fermé. L’évapotranspiration et les échanges gazeux sont alors limités.

L’ouverture et la fermeture des stomates sont aussi dépendantes des conditions environnementales:  Les stomates se ferment quand la température est élevée, quand  l’hygrométrie ambiante est faible ou quand l’air est sec (vent fort).

-Les bourgeons-

bourgeons

Selon l’organe auquel il va donner naissance, un bourgeon est soit à feuilles, soit à fleurs. Ils se forment pendant la pousse végétative mais n’éclosent pas tous durant la saison: certains bourgeons restent en sommeil jusqu’au printemps suivant. C’est l’augmentation de la durée d’ensoleillement et des températures qui entraîne le débourrement des feuilles. On parle de débourrement car l’intérieur du bourgeon s’appelle le bourre.

-Sy.Lo.-

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *