Substrats

culture

substrat image

Un arbre cultivé en pot n’a pas les mêmes exigences qu’un arbre en pleine terre. La culture hors-sol implique l’apport d’éléments nutritifs et d’eau de façon rigoureuse car l’arbre ne peut pas aller chercher dans le sol les nutriment nécessaires à sa survie. Sa survie et son développement vont dépendre de la façon dont va se comporter le support de culture.

Le choix du substrat dans lequel on va cultiver un arbre et son emplacement est donc très important. Le même substrat ne conviendra pas forcément à tous les arbres, et celui qui conviendra pour une espèce donnée ne sera pas forcément idéal pour une culture en pot sous différents climats. Ce choix du support de culture n’est pas évident et demandera souvent quelques ajustements au fil des rempotages.

Pour avoir un substrat bien adapté à sa culture, il faudra prendre en compte plusieurs facteurs:

  • la porosité. Dans une culture hors-sol, il est important que le substrat permette un bon drainage et une bonne circulation de l’air pour permettre le développement racinaire tout en évitant l’asphyxie ou la pourriture des racines;
  • la rétention. C’est ce qui conditionnera en partie la fréquence de des arrosages. Si elle est trop faible il faudra arroser très régulièrement, avec le risque de ne pas pouvoir assurer tous les arrosages; si elle est trop forte il y a un risque de pourriture pour les racines. Sans oublier que certaines espèces préfère avoir les racines au sec de temps à temps alors que d’autres espèces le supporteraient mal… Il faudra donc trouver le bon compromis entre son climat (sec ou humide), sa disponibilité pour les arrosage et l’espèce cultivée. En prenant aussi en compte que c’est ce facteur qui permet de fixer les nutriments et autres engrais dans le pot;
  • l’acidité ou PH (potentiel hydrogène). Ce paramètre sera à adapter en fonction de l’espèce suivant si elle est plutôt calcifuge/acidiphile ou calcicole/calciphile;
  • la durabilité dans le temps. Quand un substrat est délité, il faut rempoter pour éviter que les arrosages deviennent inefficaces ou une asphyxie des racines. Avec un substrat durable, un stress inutile sera évité à l’arbre.

-A culture moderne, substrats modernes!-

Il n’y a pas si longtemps les arbres en pots étaient cultivés dans un mélange de terre du jardin, sable et terreau (=humus de feuilles). Bien que ce mélange est fait ses preuves, il a aussi fait son temps avec l’arrivée des substrats modernes. Ces derniers permettent un meilleur contrôle de la culture hors-sol. En effets les mélanges dits « organiques » (terre, terreau, tourbe, sphaigne, etc.) sont très rétenteurs et ont tendance à colmater les pots. Les avantages fournis par les substrats granuleux dits « minéraux » sont l’aération des pots, la gestion facilitée des arrosages, une meilleure division racinaire, une plus grande durabilité et la maîtrise des apports nutritifs.

Bien entendu rien interdit les mélanges de substrats minéraux + organiques, d’autant que les composants organiques fixent mieux les nutriments et les micro-organiques dans le pot. On déconseille simplement le 100% organique tant qu’on ne maîtrise pas l’arrosage.

Les substrats minéraux doivent être tamisés avant d’être utilisés, puis lessivés à l’eau afin d’enlever les fines particules qui formeraient une boue colmatant les pots.
Pour comprendre un peu mieux comment fonctionne la répartition entre l’air et l’eau dans un substrat et l’importance d’un bon ratio air/eau,  voici une introduction sur la mécanique de sols.
Lors du tamisage il faut séparer les grains en fonction de leur granulométrie. Chaque étape de culture n’a pas les mêmes besoins en terme de support de culture et la granulométrie d’un substrat impacte le développement racinaire de l’arbre, en plus de modifier la fréquence d’arrosage.

  • La poussière de substrat s’utilise dans le pralin;
  • La granulométrie 0,5 à 2 mm s’utilise pour les boutures et autres semis;
  • La granulométrie de 2 à 5 mm servira pour les arbres établis ou pour favoriser la division racinaire;
  • La granulométrie de 5 à 7 mm servira pour la culture des arbres en phase de grossissement et de structuration;
  • Les grains supérieur à 7 mm serviront en couche de fond dans les pots pour augmenter le drainage.

On déconseille de réutiliser un substrat qui a hébergé un autre arbre auparavant, à cause des agents pathogènes qu’il pourrait contenir et infecter l’arbre. Il est toute fois possible de le stériliser en le passant au micro-onde à puissance maximale pendant dix minutes ou au four à 100°C pendant une demi-heure.

Inutile de faire venir des substrats de l’autre bout de la planète pour avoir une bonne culture. On trouve en Europe des supports de culture tout aussi adaptés à nos arbres que l’Akadama japonais, la fibre de coco indienne ou la sphaigne du chili… Sans oublier que les asiatiques, qu’on prend souvent comme modèles dans le monde du bonsaï, ne cultivent pas d’espèces européennes ; alors comment dire que leurs supports de cultures sont le mieux pour nos arbres autochtones?

La culture hors-sol et l’utilisation de substrats modernes se développe depuis moins d’un siècle seulement et promet encore de belles avancées. Il faut donc rester vigilant aux futures évolutions et pour aller plus loin on peut aussi parler du complexe argilo-humique.

Voici un tableau non exhaustif des caractéristiques de certains  substrats utilisables en culture hors-sol. Certains chiffres sont dépendant de facteurs extérieurs (comme le rapport contenant/volume de substrat testé ou encore de la granulométrie employée). Les données indiquées ici ont plutôt un intérêt à titre de comparaison entre deux supports de culture :

tableau substrats

-Sy.Lo.-

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *